Réunies à Lille, le 4 mai 1907, 6 associations générales d’étudiants décident de fonder une Union nationale des associations d’étudiants de France. Les statuts sont déposés le 15 mai, et publiés au Journal officiel de la république française le 2 juin 1907. 

Trente ans après la création de la première AGE à Nancy, la constitution d’une union nationale d’étudiants en tant que tels est quelque chose de nouveau dans le monde. L’exception deviendra le modèle, condition nécessaire pour faire partie de la Confédération internationale étudiante fondée à Strasbourg en 1919, puis de l’Union internationale des étudiants en 1946.

L’AGE de Paris qui avait quitté le congrès de 1907 furieuse de n’avoir eu ni la présidence, ni le siège social, n’adhére à l’Union nationale qu’en 1909. Reconnue d’utilité publique en 1929, celle qui est désormais l’UNEF s’affirme au cours de l’entre-deux-guerres, reconnue par l’État, cogérant avec lui notamment le Centre supérieur des oeuvres (CSO). Ni résistante, ni collaborationniste, refondée doctrinalement par le congrès de la charte de Grenoble de 1946, rejointe par l’Union des grandes écoles en 1956, elle est considérée comme le « syndicat unique de la classe étudiante », se renforce au cours de la guerre d’Algérie. La « grande UNEF » unitaire durera jusqu’à la scission FNEF de 1961,dissidence soutenue par les pouvoirs publics. L’Union demeure importante, incontournable, puis, malgré mai-juin 1968, s’affaiblit et de se divise en de multiples organisations à vocation représentative se réclamant chacune à leur manière, peu ou prou, de l’héritage de l’Union.

En 1997, à l’occasion des 90 ans de la création de l’UNEF, sur l’initiative de l’AAUNEF, l’association TRACES étudiantes et la MNEF avaient organisé un colloque « Passé, présent du mouvement étudiant » au cours duquel sont intervenus de nombreux anciens, les organisations étudiante (les deux UNEF, la FAGE, l’UNI), les chercheurs du Germe, des journalistes. Vous en trouverez les actes, que vous pourrez consulter et télécharger, en cliquant sur ce lien.

R.M.

Pour aller plus loin:

GERME, Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon, Robi Morder (coord), Cent ans de mouvements étudiants, Paris, Syllepse, 2007.

Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon, Robi Morder (coord), « 1907, une union étudiante est née », Matériaux pour l’histoire de notre temps, BDIC/La contemporaine, Nanterre 2007. (accessible en ligne)

Robi Morder, « l’UNEF, un exemple d’Investissement syndical de la forme associative », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2003-1,  n° 69 (accessible en ligne)

Article et bibliographie plus détaillés.