Dans un communiqué du 19 novembre 2020 l’AAUNEF demande le retrait d’un amendement à un projet de loi qui criminaliserait les « mouvements étudiants ».
C’est ce que  demandent également la conférence des Présidents d’université, les organisations d’enseignants et l’intersyndicale étudiante.