Association

About Association

This author has not yet filled in any details.
So far Association has created 20 blog entries.

4 mai 1907, Lille: fondation de l’Union nationale des associations détudiants de France

Réunies à Lille, le 4 mai 1907, 6 associations générales d’étudiants décident de fonder une Union nationale des associations d’étudiants de France. Les statuts sont déposés le 15 mai, et publiés au Journal officiel de la république française le 2 juin 1907. 

Trente ans après la création de la première AGE à Nancy, la constitution d’une union nationale d’étudiants en tant que tels est quelque chose de nouveau dans le monde. L’exception deviendra le modèle, condition nécessaire pour faire partie de la Confédération internationale étudiante fondée à Strasbourg en 1919, puis de l’Union internationale des étudiants en 1946.

Informations vie de l’association

Pour commencer, Le bureau souhaite à toutes et tous ses voeux pour l’année 2022,

La lettre n° 27 (novembre-décembre 2021) est parue, et a été adressée aux adhérents, occasion de rappeler que l’association ne vit que des cotisations de ses membres.

Nous avions projeté de tenir un dîner-débat avec le représentant de l’UNEF au CESE (Conseil économique, social et environnemental) le 14 janvier, mais en raison de la situation sanitaire, nous avons décidé de le reporter à une date ultérieure que nous fixerons selon l’évolution de la pandémie.

La lettre contient également un questionnaire, qui a été aussi adressé par courriel à plusieurs centaines d’anciens, membres ou non membres, en vue d’un séminaire qui devait se tenir le 22 janvier. Pour les mêmes raisons et dans les mêmes conditions, le séminaire est reporté, ce qui donne d’ailleurs pour celles et ceux qui n’ont pas encore répondu, l’occasion de le faire avant le 28 janvier, notre bureau se réunissant le 30 pour commencer à faire une synthèse des réponses.

Il y a 35 ans, mort de Malik Oussékine et mouvement contre le projet de réforme Devaquet

Il y a 35 ans, le 6 décembre 1986, en pleine grève générale contre le projet de réforme Devaquet, l’étudiant Malik Oussékine mourait sous les coups de policiers. Deux d’entre eux furent condamnés par la Cour d’assises de Paris  pour « coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Pour cette incrimination, la peine encourue peut atteindre 15 ans, et l’avocat général demandait cinq ans de prison dont trois fermes, ils furent condamnés à cinq ans pour l’an et deux ans de prison pour l’autre, et ce avec sursis, sanction bien symbolique. Chaque année une commémoration se déroule sur le lieu du supplice de Malik Oussékine, rue Monsieur le Prince. Notre association y est présente (ci-dessus le 6 décembre 2020), et en 2016, pour le 30e anniversaire, l’implication fut plus importante (voir notre communiqué et la photographie ci-dessous).

Christian Regnier

Photographie: Christian Regnier (à gauche sur la photo, à côté de Roger Barralis) au CA de l’AAUNEF du 29 octobre 2013 présidé par Paul Bouchet, en présence de Tom Madden de passage à Paris. Photo Robi Morder.

Notre ami Christian Regnier est décédé le 23 juin. Né le 28 juin 1937, il fut président de l’AGE des EPICES de France (Prépas Commerce et Gestion), en 1959, président de la FEP de 1960 à 1962. Administrateur du CROUS de Paris, en tant qu’étudiant puis de personnalité extérieure choisie pour les anciens de 1957 à 1971 il fut aussi VP puis SG du Paris Université Club, de 1959 à 1985. Professeur d’université,

21-28 avril 1946: il y a 75 ans le congrès de la charte de Grenoble 75 ans

A la mémoire des membres de l’AAUNEF délégués au congrès de Grenoble : Pierre Trouvat, Charles Lebert, Louis Laisney et de celle de Pierre Rostini et Paul Bouchet qui en furent les présidents.

Le texte reprend des éléments de la présentation de Robi Morder au séminaire Cité/Germe/GIS du 15 avril 2021 et de la contribution d’Alain Monchablon, « 1946, le congrès de la charte de Grenoble », dans Robi Morder (coord.),  Naissance d’un syndicalisme étudiant, 1946 : la charte de Grenoble, Paris, Syllepse, col. Germe, 2006.

La « déclaration des droits et devoirs des étudiants »,  plus connue comme la charte de Grenoble, est adoptée lors du 35e congrès de l’UNEF. C’est le premier congrès du temps de paix – le précédent tenu à Dax en avril 1945 s’étant déroulé alors que les combats ultimes se poursuivaient en Allemagne. Strasbourg, redevenue alors française, qui avait accueilli en 1919 le congrès de l’après Première Guerre, avait été envisagée, mais l’état des destructions avait rendu cette option impossible, elle sera réalisée en 1947. Il reste trois semaines pour changer de ville.

Non à la dissolution de l’UNEF

Liste des 653 signataires (Mise à jour: 30 mars 2021 10 h00)

, L’Association des anciens de l’UNEF, fondée en 1938, Elisabeth ABANDA AYSSI, BN UNEF, Etienne ADAM, UNEF 1966, Louis ADAM, BN UNEF 1970 -1971, Elise AEBISCHER, UNEF 2012-2015, Xavier AKNINE, Président UNEF-SE1986-1988, Gilles ALFONSI, UNEF 1989-1991, Audrey    ALLARD, BN UNEF 2009-2014, Samuel AMBROISE, UNEF, Pouria AMIRSHAHI, Président UNEF-ID 1994-1998, Baptiste AMOUX, UNEF 2016-2018, Chirinne ANDAKANI, BN UNEF 2012-2015, EtienneANDRE, UNEF ID 1991-1996, Margaud ANTOINE-FABRY, UNEF 2008 à 2013, Emmanuel ARBOIS, UNEF SE 1990-1995, Nicolas ASKEVIS, UNEF ID 1990-1995, Cyprien ASTIER, UNEF 2014, Manon AUBRY, UNEF 2008-2009, Patrick AUDARD, UNEF 1981-1985, Jean-Louis AUDUC, UNEF 1969-1972, Frédéric AUGENDRE, UNEF ID Secrétaire général 1983-1986, Clementine AUTAIN UNEF SE 1991-1994, Gilles ALFONSI, UNEF 1989-1991, Tania ASSOULINE, Secrétaire générale UNEF 2001-2003, Cécile AVELINO, UNEF 2009 – 2011, Sebastien BACHOLLET UNEF-SE 1980-1983,

Nos principes fondamentaux

L’association des anciens de l’UNEF a pris connaissance des événements qui se sont déroulés à Grenoble la semaine dernière et qui viennent mettre en cause l’UNEF et ses membres.

En aucune manière, l’association des anciens de l’UNEF ne saurait cautionner les agissements mettant publiquement en cause deux enseignants nommément désignés. Nous les condamnons sans réserve.

Sans occulter les ressorts de cette affaire et la violence qui s’est exprimée sur les réseaux sociaux, cette affaire est instrumentalisée pour dénigrer l’ensemble de la communauté universitaire. Elle vient en outre cautionner l’initiative douteuse et contestée de la ministre de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal qui a récemment demandé un rapport sur l’islamo-gauchisme au CNRS.

Comme elle l’avait fait en mai 2019, l’AAUNEF tient à réaffirmer son attachement à des principes fondamentaux des combats menés par les générations étudiantes qu’elle rassemble et que sont :

La laïcité en tant que principe garantissant la liberté absolue de conscience et de pratique de la religion,

La lutte contre le racisme et toutes les formes de discriminations,

Le droit à la culture conformément à la charte de Grenoble qui dispose « qu’en tant qu’intellectuel, l’étudiant a le devoir de chercher, de propager et de défendre la vérité, ce qui implique le devoir de faire partager et progresser la culture et de dégager le sens de l’Histoire. » (Article VII),

L’association des anciens de l’UNEF réaffirme son attachement aussi bien aux valeurs de liberté de création, que de liberté de la critique, sans censure.

Le conseil d’administration de l’AAUNEF. Paris, le 11 mars 2021

Santé et précarité étudiantes. Soirée débat

SOIREE-DEBAT JEUDI 25 MARS 2021 – 18 h 30 à 20 h 30 (Cliquer ici pour le Dossier documentaire)

L’AAUNEF a depuis plusieurs mois eu en son sein des échanges sur la situation étudiante actuelle, avec documents, analyses, et pris connaissance des positions du syndicalisme et du mutualisme étudiants. La LMDE ayant – avec l’UNEF – participé à la création de l’Association REVES Jeunes, centrée plutôt sur la précarité étudiante, il nous a paru utile d’avoir ces discussions avec les acteurs du terrain et organisé en commun cette soirée. Si la santé et la précarité étudiantes sont en partie liées, n’existe-t-il pourtant pas une approche spécifique des questions sanitaires au-delà de la crise du COVID ? Pour cette soirée en visioconférence les thèmes sont vastes, et nous ne pourrons qu’effleurer en deux heures ces sujets, mais nous espérons bien continuer de manière plus approfondie. L’AAUNEF est ainsi dans son rôle, permettant à la fois l’information des anciens sur l’état du milieu étudiant, que de transmission d’expériences.

Vidéo du débat: https://www.youtube.com/watch?v=OKv5yWso2U0&t=5305s

Ouverture

Céline Martinez, présidente de l’AAUNEF.

I Un constat

Mélanie Luce, présidente de l’UNEF : COVID crise révélatrice d’une situation et qui l’amplifie.

Abdoulaye DIARRA, président de LMDE et de l’association Rêves : les conséquences sanitaires.

II Regard sur les réponses apportées par les pouvoirs publics

Restauration, Soutien psychologique (avec la FSEF sous réserve), Quelles actions en faveur des étudiants étrangers.

Robi Morder (Germe) Peut-on parler d’une génération sacrifiée ?

III Quelles réponses attendent les étudiants d’aujourd’hui ?

Les revendications de l’UNEF.

Les réponses santé de l’association Rêves.

Conclusion

 

Un dossier documentaire a été mis en ligne sur le site de l’association quelques jours avant le débat, ce qui a permis à toutes les personnes intéressées de préparer leurs questions.

La visioconférence s’est faite sur zoom. Les questions et remarques furent inscrites sur l’espace « discussion » (ou « chat » pour la version anglaise de zoom).

Inscription en écrivant à contact@aaunef.fr, le lien sera envoyé à chaque personne inscrite.

L’UNEF et les morts de Charonne (février 1962), deux témoignages: Michel Langrognet et Dominique Wallon

Le 8 février 1962 une manifestation contre les attentats de l’OAS (Organisation armée secrète, partisans du maintien de l’Algérie en France) à laquelle, parmi d’autres organisations, (CGT, CFTC, UNEF, SGEN, FEN et SNI, ainsi que PCF, PSU et Mouvement de la paix) l’UNEF appelle est violemment réprimée par la police parisienne, sous les ordres du préfet Papon. A la station de métro Charonne, on relève 9 morts. Le 13 février des centaines de milliers de personnes manifestent, à Paris le cortège funéraire va de République au Père-Lachaise. Dominique Wallon, son président, prend la parole au nom de l’UNEF. Voici son témoignage après celui de notre ami Michel Langrognet, ainsi que le discours prononcé. (Ci-dessus, extraits de la une et des pages centrales de « L’Étudiant de France », col. La contemporaine, consultable sur le site cme-u.fr).

L’UNEF et la guerre d’Algérie

Benjamin Stora, historien, ancien militant et responsable de l’UNEF unité syndicale et de l’UNEF indépendante et démocratique, vient de remettre au président Emmanuel Macron un rapport, accessible publiquement, « Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie ».  Pour l’association des anciens de l’UNEF c’est l’occasion de rappeler le rôle, parfois encore ignoré, joué par le syndicalisme étudiant alors rassemblé dans l’UNEF, dans la lutte contre la guerre d’Algérie